I 

IATA : International Air Transport Association
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
IBAN
(International Bank Account Number)
Identifiant inyternational des comptes bancaires. En quelque sorte, un numéro de relevé d'identité bancaire (RIB) international.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
IBOR
: Interbank offered rate
IBRD : International bank for reconstruction and development (Banque mondiale)
ICANN : Internet corporation for assigned names and numbers, www.icann.org
ICC : Interstate commerce commission
ICSID : International Centre for Settlement of Investment Dispute (Banque mondiale)
IDA : International development association (Banque mondiale)
IDATE : Institut européen de l'audiovisuel et des télécoms, www.idate.fr
IDB : Inter-American Development Bank
IDE : Investissement direct étranger
IDESI : Institut pour le développement du secteur informel
IDH : Indicateur de développement humain

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
I
DIOSYNCRASIE
Robert : disposition personnelle particulière, en général innée, à réagir à l誕ction des agents extérieurs (médecine).
En didactique, tempérament personnel.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
IEG :
Industries électriques et gazières
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
I.E.I.M. :
L檀omo 彡onomicus est quelquefois désigne par ce sigle qui signifie Individu Évaluateur Inventif et Maximisateur.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
IEP :
Institut d'études politiques
IFC : International finance corporation (Banque mondiale)
IFI : Institutions financières internationales
IFM : Institutions financières monétaires
IFO : Institut für Wirtschaftforschung, www.ifo.de
IFS : International Financial Statistics
IIASA : International institute for applied systems analysis
IIF : Institute of international finance
ILEC : Institut de liaisons et d'études des industries de consommation
IME : Institut monétaire européen. Il a laissé la place à la Banque centrale européenne le 1er janvier 1999.
IMM : International monetary market
IMV : Institut multilatéral de Vienne
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
IMPORTATION
Biens et services achetés par des résidents à des agents non-résidents.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
IMPÔT DIRECT
Impôt proportionnel aux revenus des agents économiques. Il existe divers impôts directs :

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

IMPÔT INDIRECT
Il est indépendant du niveau de revenu des agents économiques. Il s'applique de manière uniforme contrairement aux impôts directs. Il existe divers impôts indirects :

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

IMPÔT NÉGATIF
Popularisé en France par Lionel Stoléru (" Vaincre la pauvreté dans les pays riches " 1974, Flammarion), et aux États-Unis, par Milton Friedman. On parle de work-fare.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INACTIF
Personne n'exerçant par une activité rémunérée et n'en recherchant pas.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INCOHÉRENCE TEMPORELLE
Définition de Hubert KEMPF (PU à Paris I Panthéon-Sorbonne, 2004)
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INCUBATEUR
Organisme (privé ou public) qui aide de nouvelles entreprises à démarrer et les accompagne vers la maturité... et l'autonomie.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INDICE
Outil statistique qui prend une donnée ou une série de donnée comme référence, comme base, et qui permet de faire des comparaisons.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INDICE DE DÉVELOPPEMENT HUMAIN (IDH)
Cet indice composite, mis au point par Amartya SEN, prend en compte trois éléments :
- la durée de vie, mesurée d'après l弾spérance de vie à la naissance, le taux de mortalité infantile et le nombre de médecins par habitants ;
- le niveau d'éducation mesuré par un indicateur combiant pour deux tiers le taux d誕lphabétisation des adultes et pour un tiers le taux brut de scolarisation combiné (tous niveaux confondus) ;
- et le niveau de vie, mesuré d'après le PIB réel par habitant exprimé en
parité de pouvoir d'achat.

Il a été retenu par et adopté par le Programme des Nations unis pour le développement (PNUD) sous l誕ppellation d" indice synthétique du développement humain ".

Amartya SEN : " Le chiffre lui-même importe peu. Ce qui compte, c弾st de rappeler l段mportance de la santé et de léducation à ceux qui ont trop souvent tendance à l弛ublier ".
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION (IPC)
C'est un instrument de mesure de la variation des prix des biens et des services consommés par les ménages. Il s'agit d'un indice mensuel calculé par l'institut national des statistiques et des études économiques qui fait l'objet d'améliorations régulières.

La pondération de chaque poste de dépense est proportionnelle à la part de ce poste dans la dépense totale de la population prise comme référence. En France, les pondérations de l'IPC sont modifiées chaque année pour tenir compte de l'évolution des goûts et des comportements des ménages.

Un nouvel indice a été mis en place en janvier 1993, il comporte 265 postes de dépenses qui se réfèrent à l'ensemble des ménages. Six nouveaux postes y ont été ajoutées : les transports, aériens, maritimes et par ambulance, les locations d'autmobile, les services funéraires et les services vétérinaires.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INED
: Institut national d'études démographiques, www.ined.fr
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INDIVIDUALISME MÉTHODOLOGIQUE
Courant sociologique duquel Max Weber est à l'origine. Dans ce modèle sociologique on part de l'individu pour expliquer des phénomènes sociaux.
Exemple : L'augmentation des prix entraîne une baisse de la demande. Cette situation s'explique, d'après l'individualisme méthodologique, par le fait que le consommateur s'efforce de préserver son pouvoir d'achat. Pour cela il se porte sur des produits équivalents à prix moindre.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INÉGALITÉS
Vilfredo PARETO à la fin du 19ème siècle, fit une découverte étonnante quelle que fut la société qu'il étudiât, de l'Angleterre industrielle à la Russie agraire, en passant par l'Italie, la répartition de la richesse était toujours aussi inégale. Comme par un principe immuable et naturel, 20 % de la population détenait toujours 20 % de la fortune.
En octobre 2000, James WOLFHENSON, directeur de la banque mondiale faisait le même constat : "20 % de la population mondiale contrôle 80 % de l'économie globale, et en 10 ans, ces revenus ont doublé, jusqu'à 37 fois supérieurs à ceux des 20 % situés au bas de l'échelles. Ces inéquités ne peuvent pas continuer. Il faut remédier à cette pauvreté avant qu'il ne soit trop tard. C'est dès à présent qu'il faut pallier cette cassure sociale."

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INFA
: Institut national pour la formation des adultes

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INFLATION
Augmentation plus ou moins rapide, auto-entretenue, cumulative et durable du niveau des prix.
En 1981, Jacques DELORS (L'économie française) écrivait
"Sans négliger les causes externes de la hausse des prix (synchronisation des mouvements cycliques des économies industrielles, crise du SMI, prix des matières premières), on peut distinguer comme spécifique de l'inflation française le fait que ses causes structurelles ont joué un rôle plus déterminant que dans les autres économie : il s'agit du mécanisme de fixation des prix par les grandes firmes, de l'entretien des rigidités empêchant la transformation des gains de productivité en baisse des prix, de l'importance des marges du secteur de la distribution et, de façon générale, des entraves à la concurrence. À cela s'ajoutaient les concessions sans cesse octroyées à certains groupes sociaux dont le comportement électoral était un enjeu stratégique.
L'inflation française apparaît ainsi comme le moyen utilisé par le système sociopolitique alors régnat pour résoudre provisoirement ses contradictions, liées à la concentration du capital, aux résistances au changement de la part des classes moyennes, et aux rentes de situation concédées au secteur protégé de l'économie."

Deux ans plus tard, en tant que ministre des finances, il inaugurera une politique de désindexation des salaires sur les prix couplée avec un travail sur les anticipations et une profonde réforme du système bancaire, laissant voir qu'il avait alors épousé la thèse de Milton FRIEDMAN selon lequel, "l'inflation est toujours et partout un phénomène monétaire".

Et de fait l'inflation fut vaincue en ralentissant l'activité économique (et donc en acceptant l'accroissement du chômage jusqu'à le rendre structurel) et en modifiant le partage de la valeur ajoutée au profit du capital. L'indépendance de la banque de France, en 1993, couronnera cette politique de contrôle du volume de la monnaie en circulation, allant jusqu'à le confier à une autorité indépendante pourvu d'une mission, celle de veiller à ce que l'inflation ne dépasse plus 2  %. Pari tenu et prorogé avec la BCE.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INFLUENCE : Forme de pouvoir fondé sur la persuasion.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

INFORMATION (asymétrie d')

On doit cette importante notion  qui contredit une des cinq hypothèses du modèle de concurrence pure et parfaite (CPP) de Léon WALRAS  à Georges AKERLOF (ÉUA, 1940- ). En 1970, il publie un livre dans lequel il s誕ppuie sur l弾xemple des voitures d'occasion : "The market for lemons: quality uncertainety and the market mechanism". Il y analyse la dynamique de sous-information d'une des parties d'un contrat). Le vendeur connaît l'état des voitures, mais l'acheteur non. Il peut ne pas y avoir de transaction, alors que les deux parties y auraient eu intérêt. Ce type d'asymétrie d'information trouve un développement au sein de la théorie de l'agence, dans les rapports entre mandataires et mandants. [La théorie de l'agence a pour objet l'étude de la coopération en présence d'effets externes et d'asymétrie d'information. Il y a coopération quand un agent a recours au service d'un autre pour réaliser une opération particulière. La coordination interindividuelle est alors obtenue dans ce cas particulier par la passation de contrats entre les deux parties. L'agent est celui qui décide, qui agit. Ses actions affectent non seulement son utilité mais aussi celle du cocontractant qui est le principal. L'accroissement de l'utilité de l'agent se fait au détriment de celle du principal.]

 

L'anti-sélection est source d'inefficience, car elle empêche que se nouent des relations mutuellement bénéfiques. Cette "défaillance de marché" est un élément de plus dont disposent les théoriciens néoclassiques pour expliciter les raisons pour lesquelles l'équilibre général et auto-régulateur est parfois rompu. Cette nouvelle approche admet une certaine réhabilitation du rôle de l'État, dont l'intervention devient source d'efficience.

Il y a de très nombreux domaines dans lesquels l'asymétrie d'information est évoquée :

 

La stratégie pour limiter le risque d'antisélection (sélection défavorable) est fondée sur l段ncitation. Il s誕git d段nciter le cocontractant mieux informé à révéler le supplément d段nformation qu段l possède contre un paiement compensatoire. Si le prix offert pour la révélation de la vérité est supérieur (ou au moins égal) au bénéfice qu誕vait l誕gent à mentir, le principal (la partie qui a le rôle principal qui est le mandataire dans un contrat de mandat ou l弾mployeur dans un contrat de travail) est revenu à une situation d段nformation symétrique.

 

En 1996, William VICKREY (Canada, 1914-1996) et James MIRLESS (GB, 1936) ont reçu le prix Nobel d'économie " Pour leurs contributions fondamentales à la théorie économique des incitations sous information asymétrique ". Leurs travaux permettent d'acquérir une meilleure compréhension des phénomènes dans de multiples secteurs (marchés des assurances et du crédit, formes d'enchères, organisation interne des entreprises, système fiscal, assurances sociales, questions de concurrence) dans lesquels l'information est asymétrique ou incomplète. Dès lors, cette compréhension génère un avantage qui peut être exploité.

En 2001, George AKERLOF (États-Unis, 1940-), Michael SPENCE (États-Unis, 1943) et Joseph STIGLITZ, États-Unis, 1943- ) ont reçu le prix Nobel d'économie "Pour leurs travaux sur les marchés avec asymétrie d'information."

Considérés comme les précurseurs de l'économie de l'information, leurs travaux permettent de déterminer comment certains agents économiques détiennent davantage d'informations que leur contrepartie. Ils ont ainsi jeté les bases d'une théorie générale permettant aussi bien l'analyse des places financières contemporaines que celle des marchés agricoles traditionnels (ou de la vente des voitures d'occasion : confer les fameux lemons d'Akerlof). On trouve dans les théories des lauréats à la fois des éléments utiles pour la microéconomie, tels que les théories appliquées aux assurances ou aux banques et des concepts tournés vers la macroéconomie qui constituent un approfondissement du courant keynésien.

Joseph STIGLITZ s'est fait connaître par ses travaux montrant comment l'" asymétrie d'information " permet de prendre de nombreux phénomènes, comme le chômage ou le rationnement de crédit.

George AKERLOF a notamment appliqué l'asymétrie d'information à la dette du tiers-monde et aux discriminations dont sont victimes les minorités au travail.

Michael SPENCE a concentré ses recherches sur les structures du travail, la fiscalité et la monnaie. Il a travaillé sur l'"antisélection" qui désigne le comportement des acteurs économiques disposant d'informations privilégiées (délits d'initiés, assurés, vendeurs de voitures d'occasion).

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

INMH : Intersyndicale nationale des médecins hospitaliers
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INNOVATION

Nous empruntons à
SCHUMPETER le passage suivant :
« Ce concept englobe les cinq cas suivants :

  1. Fabrication d置n bien nouveau, c弾st-à-dire non familier au cercle des consommateurs, ou d置ne qualité nouvelle d置n bien.
  2. Introduction d置ne méthode de production nouvelle, c弾st-à-dire pratiquement inconnue de la branche intéressée.
  3. Ouverture d置n nouveau débouché, c弾st-à-dire d置n marché où jusquà présent la branche intéressée de l段ndustrie du pays intéressé n誕 pas encore été introduite, que ce marché ait existé avant ou non.
  4. Conquête d置ne nouvelle source de matières premières ou de produits semi-ouvrés ; à nouveau, peu importe qu段l faille créer cette source ou qu弾lle ait existé antérieurement, qu弛n l誕it prise en considération ou qu弾lle ait été tenue pour inaccessible.
  5. Réalisation d置ne nouvelle organisation, comme la création d置ne situation de monopole ou l誕pparition brusque d置n monopole. »

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INRA
: Institut national de la recherche agronomique
INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques, www.insee.fr
INSOLVABLE : Qui n弾st pas en état de payer ses dettes.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INSTITUTION

Ensemble des règles qui forment un système et qui assure le bon fonctionnement de l'ensemble de ce système.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INSTITUTIONS FINANCIÈRES

Entreprises assurant le financement de léconomie en accordant des crédits ; les IF collectent les disponibilités de certains agents pour les répartir entre d誕utres agents économiques. Les banques sont des IF particulières puisqu弾lles ont le pouvoir de créer de la monnaie scripturale.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

" L'intelligence économique est l'ensemble des actions coordonnées de recherche, de traitement et de distribution, en vue de son exploitation, de l'information utile aux acteurs économiques. Ces diverses actions sont menées légalement avec toutes les garanties de protection nécessaires à la préservation du patrimoine de l'entreprise, dans les meilleures conditions de qualité, de délai et de coût...
La notion d'intelligence économique implique l'interaction entre tous les niveaux de l'activité : depuis la base (internes à l'entreprise) en passant par des niveaux intermédiaires (interprofessionnels, locaux) jusqu'aux niveaux nationaux, transnationaux (groupes multinationaux) ou internationaux (stratégies d'influence des États-nations)."
Définition issue du Rapport du Commissariat au Plan présidé par Henri Martre, 1994.

"L'Intelligence économique recouvre toute stratégie de traitement et d'usage d'information au service de la permanence et du développement de l'entreprise. Elle met en 忖vre des méthodes et des dispositifs collectifs de communication pour enrichir la connaissance stratégique de l'entreprise et la transformer ensuite en capacité. L'intelligence économique résulte de la qualité des interactions entre le projet de l'entreprise avec ses environnements utiles et avec l'incertitude du futur. Son action efficace réduit le temps nécessaire à l'extraction et au croisement d'informations, pertinentes pour l'entreprise, à partir du bruit et de la multitude des sources. L'intelligence économique applique les principes stratégiques d'économie, qui optimise l'usage et le rendement des moyens disponibles, et de liberté qui diversifie les alternatives et les capacités d'anticipation à partir de la connaissance accumulée et enrichie en
permanence." Définition de Pierre FAYARD, Directeur du DESS Intelligence économique et développement des entreprises à l'Université de Poitiers.

En fait;, il s'agit de veilles (économique, juridique, commerciale, stratégique, technologique) mises en place par une entreprise au travers de ses différents spécialistes (pour créer une valeur ajoutée par rapport à l'information brute recueillie), l'information est conservée (Knowledge Management) et utilisée dans le but de pérenniser l'entreprise. Les actions en résultant peuvent relever du domaine stratégique comme du domaine opérationnel (action immédiate, réaction...). En général tout le monde dans l'entreprise peut-être concerné par le système d'IE mis en place. L'info se trouve partout (Internet, conférence, journaux...), il est possible d'utiliser les logiciels comme Copernic pour automatiser les recherches... En ce qui concerne la conservation et la diffusion, un intranet est le plus adapté. L'IE sert aussi pour le lobbying, c'est le deuxième volet de l'action : diffusion d'informations en vue d'influencer des décisions extérieures.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INTÉRÊT

Somme due par un emprunteur à son prêteur en rémunération du découvert, ou du crédit qu段l a souscrit.
Rémunération d置n placement : obligation, plan dépargne, sicav. Voir
agios.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INTERMÉDIATION
Dans ce cadre, le financement est indirect, il est assuré par des banques qui collectent l'épargne des agents économiques disposant d'excédents de ressources et octroient des crédits aux agents économiques qui en ont besoin. Les banques assurent ainsi une transformation des dépôts à vue en crédits à court, moyen ou long terme et en assurent, seules, le risque.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INTERMÉDIATION FINANCIÈRE
Financement indirect assuré par des intermédiaires financiers.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INTERNALISATION
Le chef d'entreprise, lorsqu'il décide d'une opération quelconque a souvent le choix entre faire cette opération à l'intérieur de l'entreprise OU de la faire faire à l'extérieur.
On doit à
Ronald COASE l'étude de ce choix entre INTERNALISER ou EXTERNALISER, mais c'est WILLIAMSON qui lui donnera sa connotation moderne actuelle.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INTERNATIONAL PAIEMENT INSTRUCTION (IPI)
Formulaire papier d'ordre de virement dstiné à accompagner des factures transfrontalières afin d'en faciliter le règlement. L'IPI, qui rappelle la formule du TIP est préparé par le bénéficiaire et peut être placé au bas de la facture qu'il envoie à son débiteur.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INTERNATIONALISATION

Développement des flux d'exportation et d段mportation de marchandises, de services, de capitaux et d檀ommes.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INVESTISSEMENT

L段nvestissement, c弾st tout ce qui sert à accroître le capital d置n agent économique  entreprise, État, collectivité territoriale ou ménage.

Au sens macroéconomique, l段nvestissement est un flux qui vient grossir un stock, le capital. C弾st aussi une prise de risque : qui investit renonce à de l誕rgent liquide et l段mmobilise pour une certaine durée dans l弾spoir d弾n retirer un profit.

En comptabilité nationale, on le mesure à l誕ide de la FBCF.

Toute vente est un désinvestissement.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INVESTISSEMENT AUTONOME

Cet investissement est indépendant de la demande. Il comprend :

覧覧覧覧覧覧覧覧覧

INVESTISSEMENT DIRECT
En comptabilité de balance des paiements, on considère comme un investissement direct, soit une construction d置ne unité de production ou de distribution, soit l弛pération qui consiste à acquérir 10 % au moins du capital d置ne entreprise.

Lorsque l段nvestissement est réalisé par un agent français à létranger, il requiert un paiement en devises et il accroît le patrimoine détenu à létranger.

Lorsque l段nvestissement est réalisé par un agent étranger en France, il se traduit par une entrée de devises et il accroît le patrimoine détenu en France par létranger.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INVESTISSEMENT DE PORTEFEUILLE

Lorsque la prise de participation n弾xcède pas 10 %, on parle, en termes de balance des paiements d段nvestissement de portefeuille.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INVESTISSEMENT IMMATÉRIEL
Opération consistant, pour une entreprise, à effectuer des dépenses de formation, de recherche-développement, d'études de marché, d誕cquisitions de logiciels ou de brevets. Ces investissements contribuent aux résultats de l'entreprise et ont des effets sur plusieurs années, ce sont bien des investissements.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧
INVESTISSEMENT INDUIT
Ce type d段nvestissement varie en fonction de la croissance économique, et en particulier de la demande et des profits. Il dérive d置n accroissement du revenu national.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧
IOPCF
: International oil pollution compensation funds
IP : Income protection
IPC : Indice des prix à la consommation
IPCH : Indice des prix à la consommation harmonisé
IPF : Indicateur de la participation des femmes
IPH-1 : Indicateur de la pauvreté pour les pays en développement
IPH-2 : Indicateur de la pauvreté pour les pays industrialisés en développement
IPO : Initial public offering. Cet acronyme est utilisé lorsque une société introduit une partie de son capital en bourse, généralement sur le second marché ou sur le nouveau marché.
IPPC : Integrated pollution prevention and control
IRES : Institut de recherche économique et sociale
IRPP : Impôt sur le revenu des personnes physiques. Cet impôt s'appelle aujourd'hui l'impôt sur le revenu (IR).
IRS : Internal revenue service
IS : Impôt sur les sociétés
覧覧覧覧覧覧覧覧覧
IS / LM

ISBLSM :
Institutions sans but lucratif au service des ménages
ISDA : International swap and deritatives association
ISDH : Indicateur sexospécifique du développement humain
ISF : Impôt de solidarité sur la fortune
ISF : Institut pour la stabilité financière
ISO : International standard organization
ISMA : International securities market association
ISP : Internet service provider, fournisseur d'accès à internet
ITA : Information technology agreement
ITCF : Institut technique des céréales et des fourrages
IVD : Indemnité viagère de départ
覧覧覧覧覧覧覧覧覧
ISOCOÛT
Une droite d段so coût est le lieu des différentes combinaisons de facteurs de production obtenues avec un même coût de production.

 

Retour vers l'abécédaire