L

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LABEL
Le label est une certification qui atteste qu'un produit agricole ou une denrée alimentaire possède un ensemble de caractéristiques préalablement fixées qui établissent un niveau de qualité supérieure le distinguant des produits courants similaires.
Le label a été créé par la loi d'orientation agricole de 1960.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LBO : Leverage buy-out
LCP :
Lignes de crédit préventives (FMI)
LCR : Lettre de change relevé
LDCs : Least developed countries
LDP : Loan deficiency payment
LEP : Livret d'épargne populaire
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LIBÉRALISME

Doctrine économique qui s誕ppuie sur la liberté économique dans le choix et l弾xercice de la profession ainsi que dans létablissement des contrats ; lÉtat doit " laisser faire " les individus et " laisser passer " les marchandises. C'est la situation dans laquelle l'État se cantonne à son rôle de gendarme.

Voir l'autre fichier nommé "libéralisme" sur ce site.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LIBOR : London interbank offered rate

LIFE : London international financial futures exchange

LIFFE : London international financial futures options exchange

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LIBÉRALISATION

En Europe, elle a été engagée en 1986 dans le cadre de la relance de la construction européenne. En 2201, soit 15 ans après, ce mouvement s'est traduit par une suppression des monopoles,, par la privatisation de nombreux opérateurs et par la levée des barrières compartimentant les domaines d'activités. Ont été concernés successivement les télécommunications, les transports aériens, et, actuellement, l'énergie, les transports ferroviaires, la poste.

En mars 2002, lors du sommet de Barcelone, la France a négocié avec ses partenaires que l'ouverture totale des marchés du gaz et de l'électricité pour les industriels prévue d'ici 2004, ne touche pas les clients privés. La concurrence dans le chemin de fer avance aussi très lentement. Si la libéralisation du trafic des voyageurs n'est pas à l'ordre du jour, celle du fret sera réalisée en grande partie en 2003. Pour la Poste, la France a aussi obtenu que la concurrence totale ne soit pas formellement programmée. La libéralisation sera accrue d'ici 2006, mais une ouverture totale n'interviendra pas avant 2009, après un nouvel examen de la situation.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LIBERTARIENS
Encore appelés " anarcho-capitalistes ".

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LMBO : Leverage management buy out, rachat d'une entreprise par ses salariés

LME : London Metal Exchange. Bourse londonienne sur laquelle s'échangent certains métaux.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LOI DE LA DEMANDE OU LOI DU DÉBIT

On doit celle-ci à Augustin COURNOT (1838). On peut la formuler ainsi : la demande d'un produit est une fonction décroissante du prix de ce produit. " Une denrée est ordinairement d'autant plus demandée qu'elle est moins chère. Le débit ou la demande (...) croît généralement quand la prix décroît. "

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LOI DE KALDOR-VERDOON

La relation entre la croissance et les rendements fait appel à la loi de Verdoon selon laquelle le progrès technique dépend du taux d'accumulation du capital, donc de l'investissement. Celui-ci composante volatile de la demande globale conditionne la croissance des débouchés.

Pour Kaldor, le ralentissement de la croissance entraîne un ralentissement des gains de productivité.

La consommation de masse interfère sur la productivité en ce sens qu弾lle permet un élargissement des marchés. Avec la standardisation, la division du travail et des investissements, elle explique le formidable développement de la productivité pendant les " Trente Glorieuses ".

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LOI DE L'OFFRE ET DE LA DEMANDE

C'est une loi qui existe sur les marchés économiques et qui permet de réaliser l'équilibre entre les offreurs et les demandeurs pour un prix et une quantité donnée et à un moment donné. Cette loi sous-tend la concurrence pure et parfaite.

Prenons un exemple sur le modèle de celui de Samuelson et Nordhaus (Économie, 2000), page 51.

Combinaison de l'offre et de la demande des vins AOC Coteaux d'Aix-en-Provence

Prix possible
(euros par bouteille)

Quantité demandée
(millions de bouteilles par an)
Quantité offerte
(millions de bouteilles par an)

État du marché
Pression sur les prix

A

3

20

0

Pénurie

Hausse

B

4

15

7

Pénurie

Hausse

C

5

12

12

Équilibre

Neutre

D

6

10

16

Surplus

Baisse

E

7

9

18

Surplus

Baisse

F

8

5

25

Surplus

Baisse

"Le tableau indique les quantités offertes et demandées à différents prix. Ce n'est qu'à un prix d'équilibre de 5 euros par bouteille que les quantités offertes et les quantités demandées s'équilibrent. Pour un prix plus faible, il y a pénurie et le prix tend à croître. Un prix trop élevé laisse invendu un excédent de production qui tend à faire baisser les prix."

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LOI DE L'UTILITÉ MARGINALE DÉCROISSANTE

L'utilité marginale décroît à mesure qu'une personne consomme une quantité de plus en plus grande d'un bien.

Prenons un exemple pour comprendre cette loi. Après une marche de huit heures dans le massif des Écrins, cinq ami(e)s arrivent au petit village de Prapic. Ils y trouvent une ferme-auberge fort accueillante et commandent une bière chacun. La satisfaction (l'utilité) qu'ils en retirent est très importante. L'un d'entre eux paient les cinq verres ; sitôt un autre demande la même tournée. Les ami(e)s boivent ainsi une deuxième bière. La satisfaction est toujours importante, mais elle l'est moins que pour le premier verre. Toujours est-il que la tournée est payée par une deuxième personne et qu'une troisième commande à nouveau une tournée de bière. Pour ce troisième verre, la satisfaction marginale est positive mais très faible. Cette tournée est payée et un quatrième membre du groupe commande cinq bières. Et là, surprise, les quatre autres refusent. Lui-aussi prend conscience qu'il a proposé une nouvelle tournée mais qu'il a assez bu et que 25 cl supplémentaires de bière risquent de lui déplaire. Les cinq personnes refusent d'augmenter leur consommation parce que l'utilité marginale serait devenue négative.

Quantité de bière consommée

Utilité marginale conférée par le verre supplémentaire de bière

Sommation des utilités marginales =
Utilité totale

1

10

10 + 0 = 10

2

5

10 + 5 = 15

3

1

15 + 1 = 16

4

-3

16 - 3 = 13

À mesure que la consommation d'un bien ou d'un service augmente, l'utilité totale croît jusqu'à un niveau que les consommateurs (rationnels) n'atteindront jamais puisqu'ils cesseront de consommer lorsque l'utilité marginale sera nulle.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LOI DE MOORE

Cofondateur d棚ntel, MOORE a fait remarquer que le nombre de transistors sur un microprocesseur doublait tous les deux ans. Notons que la capacité de stockage des disques durs d弛rdinateur double, elle, tous les ans.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LOI DES DÉBOUCHÉS ou LOI DE SAY

" Les produits s'échangent contre les produits. "

Jean-Baptiste SAY pense que léconomie ne peut pas connaître de problème général de débouchés.

Pour Jean-Baptiste SAY, lorsqu'un produit existe, il a fallu dépenser pour le produire en salaires, en frais et consommations intermédiaires. La production nécessite donc la distribution de revenus à tous les acteurs, salariés, propriétaires du capital, loueurs, État et génère une demande qui peut prendre deux formes : la consommation et lépargne. Lépargne ne réduit pas les débouchés puisqu弾lle correspond à la demande d段nvestissement. Aucun excès dépargne ne peut apparaître au niveau global. Cet argent dépensé circule donc.

Transposant ce raisonnement au niveau d'une économie toute entière, Jean-Baptiste SAY estime qu'il ne peut pas y avoir de crise de surproduction. Mais il sait qu'il peut y avoir des crises sectorielles et il explique comment les mécanismes du marché vont les résoudre, notamment par la mobilité des facteurs de production qui vont se retirer du marché des produits excédentaires pour aller vers les secteurs qui connaissent une demande importante. Keynes résumera cette loi avec la phrase suivante : " Toute offre crée sa propre demande ".

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
LOI DES RENDEMENTS DÉCROISSANTS

Formulée pour la première fois par Turgot, cette loi énonce que lorsque l弛n augmente la quantité d置n facteur (capital ou travail) alors que l誕utre reste fixe, la production augmente dans un premier temps, puis elle stagne avant de diminuer. Dans ce cas, la production marginale est devenue négative, c弾st-à-dire que l誕djonction supplémentaire d置ne unité du facteur variable s弾st traduite par une diminution de la production.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
LOI DE WAGNER

Adolf Wagner (1835-1917) était un économiste allemand réformiste et favorable à une politique sociale. Il a décrit une tendance qui se développait sous ses yeux et a voulu en faire une loi selon laquelle, sur le long terme, les dépenses publiques augmentent davantage que la production nationale. G/Y = f (Y/N) avec Delta G/ Delta N >0, ce qui revient à écrire que l'élasticité des dépenses publiques par rapport au revenu national est supérieure à un.

Cela résulte du processus de développement qui implique des investissements lourds, non rentables à court terme et qui nécessitent un financement public. Ceci entraîne, avec la complexité accrue de l弛rganisation sociale accompagnant l段ndustrialisation et l置rbanisation, une implication plus grande des pouvoirs publics (administration, protection, législation, éducation, action sociale).

AA : cela se traduit, en effet par une augmentation du taux de prélèvements obligatoires dans la plupart des pays industrialisés. Notons cependant que certains pays (RU, Irlande, Belgique, Italie) ont inversé cette hausse au cours des années 80 ou 90.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

LOI DE WALRAS

"La valeur totale des offres étant identique à la valeur totale des demandes, si l'équilibre entre offre et demande est réalisé sur n-1 marché alors il est réalisé sur le nième marché. "
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
LOI DE
WICKSELL

Cette loi désigne les conditions attendues par le chef d弾ntreprise pour investir. Pour cela, Wicksell estime qu段l faut que la rentabilité économique soit supérieure au coût du financement.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
LOIS D脱NGEL

Ernst ENGEL découvre, au 19è siècle, que les coefficients budgétaires des divers postes de consommation dépendent étroitement du niveau des revenus.

Il distinguera les biens primaires, les biens normaux et les biens supérieurs selon que lélasticité-revenu est inférieure, proche ou supérieure à un.

La consommation des premiers croissent moins vite que le revenu, celle des seconds à peu près au même rythme et la consommation de biens supérieurs croît plus rapidement que les revenus (loisirs et santé par exemples). Ces lois rejoignent les effets Veblen et Giffen.

1ère loi. La part de l'alimentation est d'autant plus importante que la famille est pauvre. L'élasticité revenu des dépenses alimentaires est inférieure à 1.

2ème loi. Les dépenses de logement et de vêtements (seconde nécessité) occupent toujours la même part dans le revenu des ménages. D'après WRIGHT, l'élasticité revenu de ces dépenses est égale à 1.

3ème loi. Les dépenses de loisirs et de santé (troisième nécessité) augmentent quand le revenu augmente. D'après WRIGHT, l'élasticité revenu de ces dépenses est supérieure à 1.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
LOIS DE GOSSEN

Ce psychologue allemand du 19ème siècle a mis en lumière trois lois qui portent son nom.

  1. L'intensité d'une satisfaction due à la consommation d'un bien diminue progressivement au fur et à mesure que ce besoin est saturé (Gossen, 1854). Autrement dit, l'utilité marginale est décroissante et devient nulle au point de satiété. Si le consommateur continuait de consommer au-delà de ce point, il ressentirait une désutilité. Donc les économistes considèrent que le consommateur s'arrête de consommer à l'état de satiété.
  2. Pour maximiser sa satisfaction, le consommateur doit égaliser les utilités marginales pondérées par les prix. umA/pA = umB/pB = umC/pC =... = umX/pX.
  3. Les biens se répartissent entre les individus de telle sorte que la satisfaction procurée par la dernière unité de bien reçue par chaque individu soit égale.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
LOISIR

De l'ancien verbe loisir (être permis)
Le loisir ne doit pas être confondu avec les loisirs. Loisir vient du latin "otium", c'est-à-dire une activité de prédilection ou une activité noble, celle qui n'est ni de l'ordre du travail utile ni de l'ordre de "negotium" (neg-otium, le non noble, faire du commerce par exemple).
L'otium est une activité qui élève au lieu de distraire, elle est créatrice et non pas récréative.

La fonction récréative et de pur divertissement peut être davantage associée à la notion de loisirs, du latin, licere. Dans ce sens, voir le Robert : "Temps dont on dispose pour faire commodément quelque chose."

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
LPS :
Libre prestation de services
LSE : London school of economics, www.lse.ac.uk
LTCM :
Long term capital management

 

 

 

Retour vers l'abécédaire