R

RAFAD : Recherches et applications de financements alternatifs pour le développement

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RAMSES.
Par cet acronyme (" Rapport annuel mondial sur le système économique et les stratégies"), l'IFRI (institut français des relations internationales) publie annuellement une évaluation de l'évolution internationale au cours de l'année écoulée, tant dans les domaines politiques et stratégiques qu'économiques.

À l'adresse internet de l'IFRI : http://www.ifri.org/f/publications/ramses/ramses.htm, on peut trouver des textes et des documents intéressants.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RARETÉ
:
Caractère d置n bien ou d置n service qui est peu abondant par rapport aux besoins exprimés par les individus.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RATIOS
:
Rapports entre deux valeurs. Ils servent d'indicateurs économiques.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RATIO COOKE

La banque des règlements internationaux (BRI) a défini un ratio de solvabilité pour limiter le risque d段nsolvabilité pour les banques. Ce " ratio Cooke " exige que les établissements de crédit qui accordent un prêt doivent posséder 8 % du montant de ce prêt sous la forme de fonds propres. Le ratio Cooke est égal aux fonds propres divisés par les engagements de la banque. Il doit être supérieur à 0,08.

Le comité de Bâle doit modifier ses règles prudentielles avant 2004, actuellement (juillet 2003), les propositions s弛rientent vers une différentiation des risques en considérant que tous les crédits ne présentent pas les mêmes risques d段nsolvabilité. Les banques devront mettre en place un système de notation interne pour couvrir l弾nsemble des clients auxquels elles sont susceptibles d誕ccorder des crédits. Pourront-elles confier cette mission à des agences de rating ? Cela peut paraître souhaitable pour les petites banques. La banque des règlements internationaux a défini des ratios prudentiels.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧

RATING
Des agences évaluent les entreprises sous l'angle du risque de non-paiement et leur attribue une note (un rating). À titre d'exemple, je vous donne une partie de léchelle des notes de Standard & Poors.

AAA : l弾ntreprise ne présente aucun défaut de paiement,

AA représente une probabilité de défaut de paiement de 1 % sur une période de 15 ans,

A, une probabilité de 1,8 %,

BBB, une probabilité de 4 %,

B, une probabilité de 28 %.

RCB : Rationalisation des choix budgétaires

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RDB : Revenu disponible brut
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉCESSION

Aujourd'hui on considère qu'un pays est entré en récession lorsque son PIB a diminué pendant deux trimestres consécutifs.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RECETTE MARGINALE

Elle mesure l'encaissement supplémentaire induit par la vente d'une unité supplémentaire.

Exemple : 1 000 voitures sont vendues à 9 000 euros, la recette totale (RT1) s'élève à 9 000 euros * 1 000, soit 9 millions d'euros. Si l'entreprise vend une 1001ème voiture, la recette totale (RT2) sera lors de 9 000 euros * 1 001 = 9 009 000 euros.

La recette marginale est égale à RT2 - RT1, soit 9 009 000 - 9 000 000 = 9 000 euros.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RECONFIGURATION = REENGENEERING

Il s'agit d'une remise en cause radicale de l弾ntreprise pour rendre ses performances aussi bonnes que possible.

La reconfiguration a pour objet de réaliser -- à court terme -- des gains de productivité et de compétitivité. Son principe est fondé sur la notion de RUPTURE ; pour obtenir des progrès spectaculaires, il ne suffit pas de raccommoder son organisation, il faut carrément la reconstruire.

Comment ? D'une part, en oubliant les frontières classiques de fonctions et de services ; d'autre part, en adaptant les processus opérationnels transversaux -- c'est-à-dire les enchaînements d'activité -- aux besoins du client.

Pourquoi se focaliser sur les processus ? Parce qu'ils constituent les principaux gisements d'amélioration. Le plus souvent, leur réalisation implique différents services, selon un circuit plus ou moins long. D'où des délais et des coûts en personnel importants. En prônant le recentrage de l'organisation autour des processus, la reconfiguration concourt à produire un résultat qui satisfait les besoins du client.

Une opération de reconfiguration se déroule en plusieurs étapes :

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RECOUVREMENT

Actions du créancier pour rentrer en possession des sommes qui lui sont dues.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REDISTRIBUTION
Ensemble des opérations réalisées par lÉtat, les collectivités publiques et les organismes sociaux ayant pour objet d誕tténuer les inégalités dans la répartition primaire des revenus réalisée par les mécanismes du marché.

Des prélèvements obligatoires de diverses natures sont opérés sur les agents économiques pour être réaffectés sous forme de prestations sociales ou de consommations collectives.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REER :
Real effective exchange rate

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉÉVALUATION
Dans un système de taux de changes fixes, les autorités monétaires peuvent décider (librement ou en concertation dans le cadre d'un système monétaire) de changer le taux de change de leur monnaie. Quand ils désirent l'apprécier, on parle de réévaluation, le taux de change atteste d'une augmentation du pouvoir d'achat de cette monnaie par rapport aux autres devises. Il faut moins de devises réévaluées qu'auparavant pour acquérir d'autres devises.
De ce fait, les prix des produits exportés par ce pays vont être renchéris et, au contraire, le prix des produits importés, seront plus faibles.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉFÉRENCIATION = ÉTALONNAGE = PARANGONNAGE = BENCHMARKING

Domaine : économie d'entreprise.

Procédure d'évaluation par rapport à un modèle reconnu, inscrite dans une recherche d'excellence.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REFINANCEMENT DES BANQUES
Opération par laquelle les banques de second rang obtiennent de la monnaie centrale en cédant, notamment, à cette dernière des devises, des titres représentatifs de crédits accordés à leur clientèle.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉGIONALISATION

Terme qui a un double sens :

  1. Transfert de compétences de lÉtat aux régions de programme.
  2. Organisation au niveau international de " zones régionales " sur l弾xemple de l旦E. Citons encore l但léna, l但sean ou Mercosur. Cette régionalisation résulte de l段mportance croissance du commerce à l'intérieur des zones, c'est-à-dire du commerce intra-zone.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
Règle de TINBERGEN
En matière de politique conjoncturelle, l'État ne peut pas tout faire, il doit donc choisir des priorités : il faut choisir autant d'instruments différents que d'objectifs. Pour chaque objectif, il faut appliquer l'instrument le plus efficace.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉGULATION

Ensemble de mécanismes qui permettent à un système d'atteindre ses objectifs et qui favorisent le retour à l'équilibre en cas de perturbations.

Pour Denis CLERC, la régulation désigne le fait que, pour se maintenir dans le temps, un régime de croissance dans un pays donné a besoin qu'existent un certain nombre de règles ou de comportements stables qui "font système", c'est-à-dire dont le respect engendre une stabilité suffisante pour que la dynamique de l'évolution puisse se poursuivre.

L'exemple type de la régulation est donnée par le mouvement d'un cycliste dont l'équilibre est déterminé par l'effort qu'il fournit, mais dont l'effort est fonction de l'équilibre. J'ai souvent pensé à un péage d'autoroute à la régulation, chacun choisit sa file pour minimiser son temps d'attente, cela est un peu anarchique mais ça fonctionne. On pourrait imaginer un système de péage régulé par un calculateur central qui dirigerait les véhicules et optimiserait les temps d'attente. Cela pourrait être plus efficace mais réclame des investissements considérables. Toutefois le filoguidage des automobiles est, aujourd'hui, devenu une technique possible.

Réguler une économie, c'est à la fois assurer des règles et des habitudes qui engendrent l'équilibre, et les modifier suffisamment pour que les inévitables changements - " l'histoire ne repasse jamais deux fois les mêmes plats ", disait Marx - puissent être absorbés sans remise en cause.

Il y a crise de régulation lorsque les règles, les structures en place, les comportements des acteurs ne parviennent plus à absorber les changements. Et il y a crise majeure de régulation lorsqu'il se révèle que les anciennes règles sont devenues inopérantes, tandis que de nouvelles restent à inventer.

Ce concept, on le voit, intègre à la fois des éléments économiques - l'efficacité des investissements, la fiscalité...-, des éléments sociologiques - le type de règles déterminant l'évolution des salaires, les comportements de consommation, ... - et des éléments politiques (rôle et nature de l'État). C'est ce qui en fait la richesse et la difficulté.

Selon Robert BOYER, la régulation désigne " la conjonction de mécanismes concourant à la reproduction d弾nsemble, compte tenu des structures économiques et des formes sociales en vigueur ". Cette définition met l誕ccent à la fois sur l段nterdépendance des fonctions et sur le caractère historique de toute régulation.

Chaque période de croissance économique est associée à un " mode de régulation " qui combine deux dimensions :

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RELANCE BUDGÉTAIRE
Voir politique budgétaire

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RENTABILITÉ ÉCONOMIQUE
Cherche à mesurer l'efficacité des capitaux engagés
=
EBE / Capitaux engagés.

RENTABILITÉ FINANCIÈRE
Cherche à mesurer "l'efficacité de l'endettement".
RF = [
EBE - frais financiers] / capitaux propres. 覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉPARTITION PRIMAIRE
Répartition du revenu national s弾ffectuant selon la contribution à la production de chaque apporteur de facteur de production (capital, travail).

RÉPARTITION SECONDAIRE
Il s誕git de la répartition du revenu après les opérations de redistribution effectuées par les collectivités publiques et les divers organismes sociaux.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RES
: Rachat d'une entreprise par ses salariés = Leverage buy out (LBO)

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉSERVES DE CHANGES :
Ce sont les réserves en devises détenues par la banque centrale.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉSERVES OBLIGATOIRES

Elles consistent, pour les banques commerciales, à devoir déposer auprès de l段nstitut démission, une partie de leurs encours de dépôt. C弾st un des instruments de politique monétaire, quand la BC veut limiter les encours de crédit, elle peut augmenter le taux des RO, et quand elle veut favoriser le crédit, elle peut baisser ce taux.
Pour la zone euro, ces réserves obligatoires doivent être déposées auprès de la BCE qui les rémunèrent.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RESTE DU MONDE

Ensemble des acteurs économiques " non-résidents ", c弾st-à-dire qui ne résident pas en France métropolitaine et DOM-TOM (depuis 1998) qui effectuent des opérations (importations, exportations de biens, de services, d段nvestissements ou de capitaux) avec des acteurs économiques résidents.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RETOUR SUR INVESTISSEMENT ou RETURN ON INVESTMENT (ROI) ou rentabilité financière (RF).
Pour satisfaire ses actionnaires et assurer sa pérennité, l'entreprise doit vérifier que sa rentabilité correspond à leurs attentes. La direction générale, avant d'investir, se pose la question de savoir si le projet va augmenter la valeur de l'entreprise pour les actionnaires. En effet, un investissement n'est souhaitable que s'il permet de créer une valeur au moins égale à son montant.

C'est le rapport entre ces deux valeurs que l'on appelle communément le retour sur investissement (return on investment).

En termes financiers, le retour sur investissement est le flux net de trésorerie actualisé dégagé après un certain temps par un investissement. Il y a d'abord un décaissement pour l'entreprise qui est suivi par des encaissements pendant la durée de vie de l'investissement.
Pour calculer la valeur dégagée par un investissement, on ajoute le flux de revenus obtenu pendant l'exercée en cours aux flux de revenus prévisionnels des exercices suivants affectés d'un taux d'actualisation. Ce taux est fixé par l'entreprise en tenant compte de plusieurs paramètres : taux des placements sur les marchés financiers, risques pris par l'entreprise, concurrence...

Le calcul du retour sur investissement indique ainsi clairement aux dirigeants si un projet d'investissement ou de croissance externe doit être engagé, autrement dit s'il génère une rentabilité supérieure au coût des ressources mobilisées.
Si ce flux net de trésorerie actualisé est négatif, la direction de l'entreprise sait que l'investissement projeté risque de diminuer le capital de l'entreprise. A contrario, un flux net de trésorerie positif signale que l'investissement projeté dégage une rentabilité supérieure à la juste rémunération des capitaux investis par les actionnaires.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RETRAITES

Il existe deux grands types de retraites :

La retraite par répartition : les actifs cotisent pour payer les pensions des retraités. Les sommes perçues (payées par les actifs) sont immédiatement reversées aux personnes retraitées. C弾st le principe de la redistribution horizontale. En France, ces cotisations, obligatoires, sont gérées par des organismes qui ont reçu une mission de service public.

La retraite par capitalisation : les actifs épargnent pour percevoir, dans le futur, leur pension de retraite. Ils confient leur épargne à des fonds de pension dont le rôle est d弾ffectuer les placements les plus judicieux de manière à optimiser la retraite de leurs adhérents. (États-Unis)

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RETURN ON EQUITY (ROE)

Ce taux mesure la rentabilité des capitaux propres. Pour l'obtenir, il faut donc diviser les profits réalisés dans une période déterminée par le montant des capitaux propres. La norme internationale, si on peut parler de norme, tend à exiger un roe de 15 %.
Voir l'article de Jean-Paul BETBÈZE sur
la capitalisation.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RÉUNIFICATION ALLEMANDE

Le grand événement de la décennie 1990 pour les Allemands. Mais celle-ci a été constituée sur la parité entre le deutschemark et le mark de l'Est. Ce qui supposait que l'alignement entre les deux Allemagne allait pouvoir s'effectuer dans tous les domaines. Les salaires de l'Est ont été ajustés sur ceux de l'Est, ce qui a engendré l'effondrement de l'investissement et de la demande de travail dans la partie orientale du pays. Une forte augmentation du chômage s'en est suivie car l'augmentation des salaires était supérieure à celle de la productivité. Cela peut avoir deux effets, des investissements de productivité (plutôt positifs à terme) ou délocalisation de l'activité. Ce dernier scénario s'est alors largement développé en Allemagne de l'Est, y compris vers les pays voisins.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REVENU DISPONIBLE

C'est le résultat de la répartition des revenus primaires. C弾st le revenu obtenu à partir du revenu primaire duquel ont été retranchés les prélèvements fiscaux et sociaux et auxquels ont été ajoutés les revenus de transfert.

Revenu disponible = Revenu primaire + revenus de transferts - cotisations et impôts.

C'est ce qui va pouvoir être dépensé entre la consommation et l'épargne.
Quand on l誕grége par secteur institutionnel, cela donne le RDB. Quand on l誕grège pour tous les secteurs institutionnels, cela donne le RNDB (revenu national disponible brut).
En 1997, le RNDB était égal à 8 079 MDF,
 le RDB des ménages : 5 685 MDF,
 le RDB des sociétés et quasi-sociétés : 798 MDF,
 le RDB des administrations publiques (APU) : 1 502 MDF.

Les revenus de transfert sont les revenus versés aux ménages par lÉtat, les collectivités locales ou les organismes sociaux pour apporter une aide face à la maladie (remboursements de soins), au chômage (indemnités, chômage), à la vieillesse (retraite), à la dimension de la famille (allocations familiales).

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REVENU MÉDIAN

C弾st le revenu qui partage la population étudiée en deux groupes égaux en nombre : la moitié de la population perçoit un revenu supérieur au salaire médian ; l誕utre moitié de la population perçoit un revenu inférieur au salaire médian.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REVENU MINIMUM D但CTIVITÉ

Préconisé par des libéraux dont Michel GODET, ce revenu minimum d誕ctivité ne devrait être versé quà ceux qui ont un emploi, même partiel, pour compléter le revenu insuffisant qu段ls tirent de cet emploi.

Dans le même temps, ces auteurs préconisent de libérer le marché du travail de manière à ce que l弛ffre et la demande de travail puisse trouver un salaire déquilibre. Cela permettrait déliminer le " chômage involontaire ".

Ce mécanisme appelé " work-fare " existe aux États-Unis, toutes les personnes dont le revenu professionnel n誕tteint pas un certain montant reçoivent un crédit d段mpôt sur le revenu.

C弾st un tel système que Tony Blair a proposé en Angleterre.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REVENU MINIMUM D棚NSERTION

Un revenu distribué sous conditions de ressources qui est censé assurer un minimum vital à ses bénéficiaires ET un parcours vers l段nsertion professionnelle.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REVENU D脱XISTENCE (ou de CITOYENNETÉ)

Un revenu distribué de façon égalitaire et inconditionnelle, cumulable avec les autres revenus, mais assez substantiel pour radier le risque du manque des biens premiers, pour réaliser l'objectif de la pauvreté zéro (revenu d'existence).

Notons qu誕vec ce revenu inconditionnel et universel, le système de redistribution verticale disparaîtrait pour faire place à un système de redistribution horizontale. On comprendra que sa généralisation pose des problèmes très aigus de modifications de revenus.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REVENU PERMANENT
On doit cette notion à Milton FRIEDMAN. La consommation ne dépend pas du revenu courant mais de la richesse (revenu permanent). Les individus ont un objectif de patrimoine constant et ils ajustent leurs comportements de consommation pour atteindre cet objectif.

" Le flux périodique de recettes constantes YP qui donnerait la même valeur actualisée que les recettes actuelles et anticipées pour un horizon donné ". On recherche le revenu fictif constant qui, en valeur actualisée, correspond à la chronique des revenus effectifs variables que l弛n anticipe de recevoir.

Pour Friedman, le revenu effectif est la somme du revenu permanent et du " revenu transitoire " : Yeff = YP + YT, ce dernier étant un revenu accidentel, que l誕gent n誕 pas anticipé (gain au loto, heures supplémentaires exceptionnelles, prime inhabituelle, don exceptionnel,).

De plus, il assimile en pratique la consommation effective à la consommation permanente et considère que seuls la consommation et le revenu permanent sont en relation stable : C=kYP, où k est la propension à consommer le revenu permanent. De là, il tire sa démonstration de l段nefficacité de la relance keynésienne.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REVENUS PRIMAIRES

Ce sont tous les revenus liés à la production qui sont versés aux apporteurs de facteurs de production en fonction de leur contribution à la production. Les revenus primaires sont répartis entre les salariés, les non-salariés et les propriétaires.

À partir de ces revenus primaires, s'effectue une répartition qui permet d'arriver au revenu disponible.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
REXECODE :
Centre de recherches pour l'expansion de l'économie et le développement des entreprises
RELIT : Règlement-livraison de titres (système à la bourse de Paris)
RGV :
Relit grande vitesse (système d'information)

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RICH MEDIA ADVERTISING
: Modèle de publicité sur l'internet intégrant différents formats multimédias et de l'interactivité

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RISQUE DE CHANGE
C'est le risque encouru par les entreprises qui sont soumises aux fluctuations des taux de change entre le moment où elles concluent une opération et celui où elles sont payées.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RISQUE MORAL (moral hazard)
Le risque moral naît de l'impossibilité pour le
principal (mandant) d'évaluer l'effort fourni par l'agent (mandataire). Par exemple, les actionnaires sont dans l'incapacité d'apprécier, compte tenu de sa complexité, la qualité de la gestion assurée par les dirigeants.
À l'origine, cette expression est utilisée par les compagnies d'assurances pour caractériser les modifications de comportement des personnes assurées qui relâchent leur vigilance sans parler de celles qui peuvent provoquer volontairement l'événement contre lequel ils sont assurés.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
RMI : Revenu minimum d'insertion
ROA : Return on assets
ROE : Return on equity
ROI : Return on investment
RPI : Retail price index
RTGS : Real time gross settlement pour système à règlement brut en temps réel
RTT : Réduction du temps de travail
RUF : Revolving underwriting facility (innovation financière)

 

Retour vers l'abécédaire