W 

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
WACC
: Weighted Average Cost of Capital

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
WALL STREET :
nom de la bourse de New York, qui siège dans cette rue.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
WARRANT
Contrairement à une action ou à un indice boursier, les warrants ne représentent aucun actif financier mais seulement le droit de négocier ces actifs dans des conditions définies à l'avance. Le warrant est donc une option prise sur un support, lequel est appelé "sous-jacent". Il peut s'agir d'une action, d'un indice boursier, d'un panier de valeurs, du prix d'une matière première, d'un taux d'intérêt ou d'un cours de change. Il permet, à une échéance donnée, d'acheter (ou de vendre) un titre, à un prix fixé à l'avance, appelé prix d'exercice.

A. Des produits financiers tentants mais réservés aux initiés

Les warrants peuvent permettre de réaliser des gains importants. Mais ils sont réservés aux investisseurs avertis. Il existe deux types de warrants, c'est-à-dire deux grandes catégories d'option : le droit de vendre, appelé "put" en anglais, et le droit d'acheter, appelé "call" le produit financier qui lui sert de support.
Les "call warrants" donnent le droit d'acheter le "sous-jacent" au prix de l'exercice.
Les "put warrants" donnent le droit de le vendre au prix de l'exercice.
Cette option d'achat (ou de vente) a un cours, appelé prime. Mais il est beaucoup moins élevé que l'action, l'indice boursier ou le panier de valeurs auquel il est associé. Les warrants ne valent qu'une fraction du prix des actions ou des indices auxquels ils sont liés. Pour une mise de fonds relativement faible, quelques milliers de francs, il est donc possible de jouer sur les mouvements de la Bourse.
Il présente un attrait principal, sa capacité à amplifier les hausses (ou les baisses) d'un "sous-jacent". L'opération 'achat ou vente) peut avoir lieu à tout moment à un prix fixé à l'avance et jusqu'à une date convenue moyennant paiement d'une prime. Autrement dit, l'investisseur qui mise sur un warrant paie (le prix du warrant) pour pouvoir acheter ou vendre une action (ou autre) en le payant au prix convenu, même si cette action cote plus cher ou moins cher sur le marché. Le "jeu" consistant bien sûr à faire le bon pronostic.

Exemple : un investisseur prévoit la hausse d'une action, il achète, pour 100 euros, un call warrant qui lui donne le droit d'acheter cette action au prix de 1 000 euros. Si le cours de l'action atteint 1 200 euros, il a tout intérêt à exercer son droit puisqu'il se trouvera à la tête d'une action qui lui aura coûté 1 100 euros (le prix d'exercice ou strike = 1000 euros + le prix du warrant, 100) alors qu'elle en vaut 1 200, il aura donc gagné 100 euros... avec une mise initiale de 100 euros.

Le warrant est un titre liquide pour un placement limité et à échéance plus ou moins longue. Un bon usage des WARRANTS présuppose le respect de sept principes de base à respecter avant d'investir dans ces produits.

1) Limiter ses investissements. La première règle consiste à ne placer que 10 % de son épargne à ces placements. Aller plus loin, c'est prendre un grand risque.

2) Se forger une conviction sur l'évolution des marchés. Les warrants ne sont pas destinés à des néophytes de la Bourse. Avant d'en choisir un, il faut se forger une forte conviction sur l'évolution du "sous-jacent", l'action, l'indice ou le panier de valeurs sur lequel le warrant a été émis. Pour choisir un produit, il faut faire un plan sur le moment où l'action (ou l'indice) atteindra un certain niveau. Cela permet de choisir l'échéance du warrant appelée aussi maturité, et le prix d'exercice, le strike comme le nomment les spécialistes. Il ne faut pas confondre ce dernier avec la parité, qui correspond au nombre de warrants qu'il faut exercer pour pouvoir acheter (dans le cas d'un call warrant) ou vendre (pour un put warrant), un "sous-jacent" au prix d'exercice. Exemple : une parité de 10 signifie qu'il faut exercer 10 warrants pour acheter ou vendre un "sous-jacent".

3) Privilégier les titres les plus liquides. II faut pouvoir acheter ou vendre facilement ces titres si on change d'anticipation par exemple. Les experts recommandent de privilégier les warrants dont la liquidité (le volume de titres échangés) est importante. Un des moyens de connaître la liquidité d'un warrant est de regarder sa parité. Une parité importante permet de réduire le prix unitaire d'un warrant et d'augmenter sa liquidité. Il faut aussi préférer les produits des grands émetteurs. En France, une dizaine d'établissements en proposent plus ou moins régulièrement. Quatre banques (la Citibank, la Société générale, BNP-Paribas et le Crédit lyonnais) se détachent toutefois du lot. Elles offrent une large palette de produits sur lesquels les transactions sont nombreuses.

4) Comprendre le prix. Le prix (ou prime) d'un warrant ne se fixe, pas simplement par la confrontation de l'offre et de la demande, comme pour une action. Il dépend de facteurs techniques. La prime dépend de l'évolution du "sous-jacent", mais aussi du temps restant avant l'échéance, de la volatilité du "sous-jacent", des dividendes servis et du niveau des taux d'intérêt. Pour comparer les prix des warrants, une multitude de sites boursiers ont mis en place des logiciels appelés pricers.
www.warrants.bnpparibas.com ou www.warrants.com ou www.warrants.citybank.com ou www.oddowarrants.fr

5) Faire du temps son allié. La durée de vie du warrant a une influence déterminante sur son prix. Plus l'échéance du titre est éloignée, plus sa valeur sera importante. Le warrant a en effet plus de chances de varier dans le sens attendu par l'investisseur sur une durée longue qu'à brève échéance. Les émetteurs recommandent donc de préférer les warrants dont la maturité est élevée. Attention, plus le titre s'approche de sa date d'échéance, plus sa valeur temps décroît rapidement. Il faut généralement vendre un warrant avant son échéance sinon sa valeur sera déterminée par la position du prix d'exercice par rapport au cours du support. La valeur intrinsèque d'un call warrant est égale au cours du "sous-jacent" moins le prix d'exercice. Celle d'un put warrant se calcule en soustrayant le cours du "sous-jacent" au prix d'exercice.

6) Apprécier l'effet multiplicateur. Une variable est essentielle pour comprendre le comportement d'un warrant : ce que les spécialistes appellent " l'élasticité ". C'est le meilleur indicateur pour apprécier l'effet multiplicateur d'un warrant. Elle indique le pourcentage de variation du warrant pour 1 % de variation de l'action. Un warrant avec une élasticité de 4, par exemple, évoluera de 4 % pour une variation de 1 % du "sous-jacent". Plus l'élasticité est élevée, plus le cours du warrant aura tendance à augmenter. Une autre variable est importante pour choisir son warrant : le delta, qui mesure sa sensibilité aux variations du "sous-jacent". Il permet de connaître la variation du prix d'un warrant ajusté de sa parité.

7) Penser à jouer les baisses des marchés. Les put warrants, qui permettent de vendre à terme un "sous-jacent" à un niveau et à une date fixés, voient leur cours progresser lorsque le "sous-jacent" baisse. Grâce à cette particularité, un investisseur peut gagner dé l'argent en misant sur urne baisse des marchés.
La particularité du put warrant permet aussi de protéger ses investissements en actions contre une baisse des marchés, les plus-values réalisées sur les put warrants permettant de compenser les moins-values des actions. Toutefois, couvrir un portefeuille peut coûter cher : jusqu'à 25 % de sa valeur. De plus, le nombre de titres nécessaires pour assurer un portefeuille n'est pas facile à déterminer sans l'aide d'un spécialiste.

B. Une valeur temps qui diminue

Si l'investisseur anticipe une baisse du titre, il achète un put warrant, c'est-à-dire le droit de vendre l'action à un prix fixé d'avance et pendant un laps de temps convenu. Si le prix d'exercice est de 900 euros, le prix du warrant de 100 euros et si, avant la date d'échéance, le titre baisse jusqu'à 700 euros, il va pouvoir vendre 900 euros moins la prime (1000 euros), c'est-à-dire 800 euros un titre qui en vaut 700. Dans ce cas, il a réalisé une plus-value en achetant un titre qui a baissé.

Attention : un warrant dispose d'une valeur intrinsèque mais aussi d'une valeur temps. L'investisseur n'est pas obligé d'exercer son droit d'achat ou de vente du sous-jacent. Il peut négocier le seul prix de son warrant. Il trouvera d'autant plus facilement acquéreur que celui-ci donnera lieu à une plus-value. Mais sa valeur "temps" diminue au fur et à mesure que l'on approche de l'échéance et décroît fortement dans ses derniers mois de vie. Il ne faut donc pas attendre le dernier moment pour vendre un warrant.

En résumé, il faut être vigilant pour s'intéresser aux warrants. Il faut être capable d'anticiper les hausses et les baisses des titres ou autres sous-jacents pour pouvoir réaliser l'opération d'achat ou de vente au meilleur moment possible. Et surveiller le calendrier de vie du warrant. Néophytes, s'abstenir !

C. Question de vocabulaire

Quotité : c'est le nombre de warrants que l'on doit acheter d'un seul bloc.

Parité : c'est le nombre de warrants nécessaire pour acquérir le sous-jacent.

Fiscalité : les gains réalisés grâce à ces titres sont imposables au taux de 26 % + 10 % de prélèvements sociaux dès le premier euro. Mais les pertes peuvent être déduites des plus-values réalisées sur toutes les autres actions.

覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
WELFARE STATE,
Équivalent anglo-saxon de lÉtat-Providence.
Filet de sécurité d誕ide sociale versée aux plus démunis.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
WHO : World Health Organization
WIPO : World Intellectual Property Organization
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
WORKFARE STATE

Système qui veut se substituer au précédent. Il consiste à conditionner, via un crédit d段mpôt (cf. l段mpôt négatif), certaines aides à celles des personnes qui, soit exercent un emploi, soit en recherchent un.

Aux États-Unis d但mérique, ce système a été marqué par une forte dégradation des conditions d弾mploi et de rémunération des plus bas salaires. Pour lutter contre ce phénomène, le gouvernement fédéral a étendu et rendu plus généreux le crédit d段mpôt existant (Earned Income Tax Credit). L脱ITC vise à soutenir les revenus des ménages des travailleurs, principalement lorsque ces derniers ont des enfants.
覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧覧
WWW : World wide web, web ou toile
WWWC : World wide web consortium, www.w3.org

 

 

Retour vers l'abécédaire